iNewave

...Musique New-Wave, gothique, informatique, son et style

dorian

...now browsing by tag

 
 

Le portrait de Dorian Gray

Lundi, février 14th, 2011

S’il est un roman que je me suis toujours promis de lire, il s’agit bien de celui d’Oscar Wilde : Le portrait de Dorian Gray.

Ayant fait l’heureuse acquisition de cette nouvelle Freebox, me voici donc possesseur d’un lecteur de Blue-Ray, une occasion rêvée pour faire l’achat de mon film fétiche « Entretien avec un vampire » en haute qualité.

Un passage à la Fnac plus tard, me voici donc possesseur de 3 Blue Ray dans une offre de promotion, et « Le portrait de Dorian Gray » en faisait partie.Je n’avais pas eu l’occasion de voir ce film à sa sortie au cinéma. Faute réparée grâce à mon achat.

Un immanquable en ce qui me concerne !

Style Victorien, vieux Londres et fantastique à souhait ! Voici pour la forme, mais le fond est plus intéressant encore.

L’histoire, on la connait tous, mais la réflexion qu’elle amène est des plus troublantes.

Imaginer un portrait, un objet qui à notre place prendrait toutes les contraintes de l’âge, toutes les marques de notre vie décadente et dissolue tandis que notre physique garderait l’apparence et la fraîcheur de notre jeunesse éternelle.

Le mythe du vampire revisité !

Les sujets traités nous touchent au travers de l’esthétique, la morale, la jeunesse, la beauté, la décadence …

Ce roman, ce film, nous fait prendre conscience de l’importance des décisions que nous prenons et prendrons dans la vie mais aussi les personnes qui pourront nous influencer dans un sens ou un autre.

Vaut-il mieux brûler la vie par les deux bouts, parce qu’elle se doit de briller et que nulle raison ne peut nous faire refuser le plaisir ou doit-on se référer à la sagesse et à la mesure que nous considérons comme naturellement bonnes ?

Prendrons-nous ou prenons nous conscience de nos actes ou agissons nous comme si demain n’existera pas ?

Un film que je conseille par rapport aux questions qu’il pose, aux thèmes qu’il propose, et bien entendu à l’esthétique victorienne, bien qu’un peu mou parfois dans son intrigue.